Au fil des ans, le noyau du disque intervertébral (noyau pulpeux) diminue de volume par dessiccation. C'est ce qui explique que notre taille diminue avec l'âge.

Ceci est clairement visible à l'imagerie par résonance magnétique (IRM), qui offre une sensibilité particulière pour les liquides.

Discusdegeneratie

Sur cette image, vous pouvez voir que le disque intervertébral inférieur n'est plus gris mais noir, ce qui signifie que le noyau a perdu son hydratation et donc sa fonction d'amortisseur des chocs. Ceci ne signifie pas encore la survenue de lombalgies (douleurs dorsales basses). Ce tableau est parfaitement normal et s'intègre dans le processus de vieillissement normal. Lorsque cependant la paroi externe du disque commence à présenter des déchirures, des lombalgies peuvent apparaître. Ces déchirures peuvent également s'observer à l'IRM, et sont souvent à l'origine de douleurs dorsales soudaines et intenses (lumbago) avec une forte limitation de la mobilité. La douleur chronique consécutive à ces déchirures apparaît généralement lorsque l'on est levé depuis un certain temps et augmente avec les activités. Suite à la dégénérescence discale, la hauteur du disque intervertébral diminue, ce qui amène les vertèbres à se tasser les unes sur les autres, avec surcharge des petites articulations du dos (appelées facettes). On comprend alors que l'ensemble du segment mobile entre deux vertèbres soit dégradé. Ceci se traduit généralement par des lombalgies chroniques, particulièrement marquées au lever et après des périodes prolongées assises, couchées ou debout. Les douleurs s'améliorent lorsque l'on est en mouvement depuis un moment.

Tous ces problèmes peuvent entraîner des douleurs avec un traitement spécifique. Dans les cas extrêmes, elles peuvent même justifier une correction chirurgicale. Pour toutes ces affections, un traitement chirurgical électif est possible. Il faut cependant que votre médecin pose le diagnostic correct. Ceci n'est pas toujours simple et nécessite parfois des examens complémentaires, comme une discographie, au cours de laquelle on évalue au moyen de produit de contraste la lésion du disque intervertébral.

Traitement chirurgical de :

  • Lésion du noyau pulpeux ; le noyau pulpeux peut être remplacé par un noyau de synthèse. Ce dernier peut être placé par différentes voies. Soit par l'abdomen (par voie ventrale), soit par voie dorsale ou par une incision dans la région lombaire. On effectue une petite ouverture de l'anneau fibreux, par laquelle on retire le résidu du noyau pulpeux. On introduit ensuite en place le nouveau noyau, un hydrogel contenu dans une coque de polyéthylène offrant les mêmes propriétés d'amortisseur des chocs que le noyau original. Cette intervention s'applique uniquement au rachis lombaire.
  • Disque abîmé ; lorsque tant le noyau pulpeux que l'anneau fibreux sont dégradés à un point tel qu'ils entraînent des douleurs, on peut remplacer la totalité du disque. Le disque altéré est alors remplacé par une prothèse. Celle-ci tente d'imiter les mouvements d'un disque normal, mais elle n'offre pas la fonction d'amortisseur d'un disque sain. Le placement de ce disque peut uniquement s'effectuer par voie abdominale. Cette technique est utilisée au niveau du rachis cervical et lombaire.
  • Segment atteint (disque + facette articulaire). Dans ce cas, nous ne pouvons actuellement réaliser qu'une arthrodèse, c'est-à-dire la fixation de l'ensemble du segment mobile. On peut comparer cette intervention avec l'immobilisation d'un bras ou d'une jambe après une fracture afin de supprimer la douleur. En plaçant une plaque ou un plâtre, on fait disparaître la douleur. Il en va de même face à un segment dorsal douloureux et usé que l'on immobilise. On dispose à cet égard de différentes options thérapeutiques. Le principe est de supprimer toute possibilité de mouvement au niveau de ce segment (deux vertèbres + disque + facette articulaire), avec pour résultat une diminution significative de la douleur. Cette technique peut s'appliquer à tous les niveaux du rachis. Dans notre service, on a utilisé et on utilise différentes techniques pour évaluer laquelle est la plus adaptée dans votre cas particulier.